Paysage en partage ?

  • Questionner le paysage comme catégorie d’action 

Orientée vers la conception de parcs et jardins et d’espaces publics urbains, l’action dans le domaine du paysage relève traditionnellement « du formel et de l’exercice d’un paysage dessiné et conçu comme un ensemble de formes imaginées par l’artiste » (Yves Luginbuhl, 2010). Celle-ci est alors abordée à travers le prisme de l’esthétique et du visuel. On recours, pour décider de la valeur, « à un ensemble de critères dérivés de l’art (harmonie, diversité, contraste, etc…) de façon à évaluer de manière « intrinsèque » des paysages, à limiter les impacts visuels des interventions et à favoriser leurs insertions au sein des paysages » (Gérald Domon, 2011). La finalité de ces pratiques de projet de paysage est une action sur le « site », c’est-à-dire une transformation du paysage en tant que structure matérielle artialisable. Or, en France comme en Europe et en Amérique du Nord, la pratique du paysage a largement évolué ces vingt dernières années. Les bases conceptuelles et méthodologiques sous-jacentes à l’appréhension du rôle du paysage dans l’action publique se sont renouvelées et ont connu d’importantes mutations, dont certaines relèvent d’une réaction contre l’élitisme esthétisant qui parfois ordonne, en ce domaine du paysage, les approches du projet et celle de la patrimonialisation. Toute une gamme de pratiques nouvelles sont apparues qui ont en commun, au-delà de leur diversité, de replacer le paysage à la croisée des regards des habitants et des acteurs sociaux, le transformant ainsi en un référent potentiellement partageable et en un support pour penser l’action publique en matière territoriale ou environnementale. Un désir de transversalité et de démocratie, de durabilité et de concertation – tel qu’il s’exprime, notamment dans la récente Convention européenne du paysage – a ainsi poussé à un renouvellement des conceptions et des méthodes, aboutissant à donner corps à une pratique du projet par le paysage, qui n’est plus seulement action sur une structure matérielle artialisable. C’est le lien social, le partage des regards et l’appréhension de leur diversité substantielle, la mise au jour et la négociation des représentations paysagères, qui sont désormais au fondement et au cœur du projet, et plus seulement les formes perceptibles elles-mêmes considérées en leur valeur intrinsèque. L’efficience de telles expériences se mesure moins à la trace qu’elles laissent dans la matérialité des paysages qu’à ce qu’elles produisent dans l’ordre social et culturel, aux solidarités qu’elles stimulent et aux champs de débat et d’initiative qu’elles génèrent, aux liens socio-spatiaux que le paysage permet de faire émerger, dès lors qu’on l’appréhende et l’utilise comme un outil dont dispose les sociétés pour se penser elles-mêmes dans leur environnement.

  • L’hypothèse de la médiation paysagère

L’hypothèse sur laquelle repose ce carnet de recherche est que le paysage peut, à condition de se doter de méthodes, constituer un paradigme de médiation entre société et environnement. On parlera alors de médiation paysagère. Par ce terme, on entend une démarche à l’articulation entre recherche et action qui vise à mettre la question environnementale à portée de projet et de démocratie. L’objectif de cette démarche est de mettre en lumière, en aidant habitants et acteurs locaux à les saisir en leurs reflets perceptibles, les dynamiques socio-écologiques des complexes environnementaux. En s’appuyant ainsi sur la dimension concrète et sensible du paysage, la démarche de médiation vise ainsi à ouvrir un espace de collaboration et de participation des populations, par delà le cloisonnement des regards experts et les frontières entre des mondes sociaux hétérogènes. Il s’agit ainsi de faire advenir dans le débat public un monde de la complexité en posant un cadre d’appréhension des réalités socio-écologiques susceptible de stimuler une démarche collective d’interprétation et de décryptage. Mobiliser le paysage comme objet (ou comme percept) médiateur entre sociétés et environnement va ainsi de pair avec une reconsidération de la place, dans l’action, des savoirs scientifiques et de ceux qui les produisent. Aborder de cette manière, la médiation ne revient pas à la considérer comme un outil pour le règlement des conflits. « Médier » est plutôt interposer, entre la société et l’environnement, un palier qui rend ce dernier assumable en tant qu’objet complexe ; c’est construire un percept intermédiaire sur lequel peut s’appuyer une mise en démocratie des problématiques environnementales.

Ce sont ces nouvelles approches du paysage qui font l’objet de ce carnet de recherche. En outre, il s’agira de réaliser une lecture critique de ces discours et pratiques contemporaines, dont il convient de ne présupposer a priori ni la cohérence, ni les vertus. Quelle est la nature des postulats sur lesquelles sont fondées ces approches ? Où se situent leurs points d’ancrage théorique, politique et éthique ? Quel est le sens exact et la portée heuristique des concepts qu’elles ont fait émerger ou dont elles ont fait usage ? Quelles sont leurs limites et leurs points aveugles ?

  • Matériaux du carnet de recherche

Les matériaux qui doivent permettre d’alimenter le carnet de recherche sont multiples.

On pense en premier lieu à la recherche doctorale Cifre entreprise en partenariat entre le Conseil Général des Deux-Sèvres et le laboratoire Adess (Université Bordeaux 3) par Rémi Bercovitz et intitulée « Paysage, médiation paysagère et bon état écologique. Mener une recherche historique pour fonder un projet partagé. Le cas de la haute Sèvre niortaise (XVIIIème-XXIème siècle) », ainsi qu’au programme « Participation des populations et renouvellement des pratiques paysagistes : une recherche-action par l’expérimentation et la comparaison des méthodes » coordonné par David Montembault et mené dans le cadre du projet de recherche du MEDDE « Paysage et Développement Durable 2 ».

D’autre part, le cycle de séminaires et le colloque « Le paysage, un objet médiateur entre sociétés et environnement » organisé à Bordeaux et à Niort par l’équipe Cepage/Adess de juin 2014 à janvier 2015 a lui aussi vocation à fournir des matériaux utiles au carnet. Poursuivant une réflexion en cours au sein du laboratoire Adess, ce séminaire qui réunit des chercheurs en sciences sociales, des praticiens de l’aménagement et des techniciens des collectivités locales vise à interroger les rapports du champ scientifique à la construction d’une pensée et d’une pratique de la médiation dans le domaine du paysage. On cherchera en particulier à rassembler les outils théoriques utiles à cette fin et à mesurer leurs apports potentiels.

Enfin, le carnet de recherche est nourri par une démarche monographique. Sur la base de « retours d’expériences », le carnet de recherche prendra la forme d’une enquête sur les démarches et méthodes actuelles conduites dans ce domaine. Il s’agit d’interroger les spécificités du paysage comme médiateur à partir de plusieurs entrées : formes de construction des valeurs paysagères, rôle de l’expertise, réalité de la participation et de la médiation, temporalités du projet … . Ainsi, on rendra compte des méthodologies et des apports de la comparaison à partir d’expérimentations réalisées en Italie, au Japon et en France.

Rémi Bercovitz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *