Méthode

  • Parler de la médiation avec les outils de la médiation

La première singularité du séminaire réside dans le fait d’inscrire la réflexion sur les méthodes et les résultats de la médiation paysagère en fonction de trois items :         objets, savoirs, lieux

La seconde singularité réside dans le fait d’expérimenter et de mettre à l’épreuve au sein même du séminaire certains outils et dispositifs de la médiation. Le séminaire était donc lui-même une proposition méthodologique. L’idée était de tester la capacité d’objets et de dispositifs matériels susceptibles d’engager un travail collectif, une réflexion et un questionnement critique à la croisée des savoirs et des disciplines, des profils professionnels, des cultures et des métiers. Dans cette perspective, les lieux et les configurations spatiales ont également joué un rôle essentiel afin de réunir des personnes venues d’horizons différents (enseignants, chercheurs, praticiens et techniciens des collectivités territoriales). Le séminaire s’est ainsi déroulé dans des lieux atypiques (café, installations provisoires, salle d’exposition), susceptibles d’engager une parole et des échanges délivrés des codifications académiques.

  • Temps et déroulement du séminaire

Le cycle de séminaire s’est déroulé en 2 temps :

1er temps, intervention plénière                                                                             Chaque séminaire a commencé par une communication en séance plénière. L’orateur interroge la thématique de la journée (objets, savoirs, ou lieux) depuis son point de vue. Le temps de communication est d’une heure. Ce temps nous paraît nécessaire pour pouvoir développer un retour réflexif et critique sur une pratique ou un champ de recherche. Disposée en demi-cercle autour de l’orateur, la disposition de la salle forme à présent un cercle. Les participants sont alors invités à échanger avec l’intervenant qui dispose de 20 minutes pour préciser sa pensée. L’éclairage apporté par la communication et les débats que celle-ci a engendrés permet de guider la phase suivante.

IMG_6720

Intervention de Béatrice Collignon à Cap Sciences (Savoirs)

Intervention de Béatrice Collignon à Cap Sciences (Savoirs) et intervention de Françoise Dubost (Lieux) au Garage Moderne

Intervention de Françoise Dubost (Lieux)
au Garage Moderne

 

2° temps,  ateliers                                                                                                         Dans un second temps, les participants sont divisés en groupe de 4 à 5 personnes qui réfléchissent à un sujet lié à la communication précédente. Cette réflexion est construite sur la base d’un corpus documentaire livré par l’équipe organisatrice ou d’un témoignage. Après en avoir pris connaissance, le groupe dispose d’une grande table sur laquelle une nappe de papier et des feutres sont installés. Pour faciliter le travail collaboratif et les réflexions collectives, des questions simples et ouvertes sont inscrites sur la nappe. Celles-ci permettent de structurer la réflexion du groupe qui dispose d’une heure et demi. L’objectif n’est pas d’aboutir à un consensus mais bien que de stimuler l’intelligence collective. Ce dispositif constitue également une modalité d’enregistrement des débats suscités lors des ateliers, complémentaire de celui effectué par Margaux Vigne et le reste de l’équipe organisatrice.                                                                                                  Ce dispositif constitué de deux temps liés est ensuite reconduit lors de l’après midi.

IMG_6744

Ateliers le 8 juillet 2014 (Savoirs) à Cap Sciences à BordeauxIMG_6742IMG_6764IMG_6759

  • Des dispositifs de travail, de questionnement critique et de convivialité 

L’alternance des interventions et des ateliers a vraiment permis au séminaire de diversifier les formats de travail et d’échange. Les interventions en plénière en début de matinée et en début d’après-midi étaient volontairement un peu « décalées », ou du moins ne portaient pas forcément de manière exclusive sur le paysage. En cela, elles ont permis une ouverture du débat, davantage d’interdisciplinarité en même temps que des bases théoriques et conceptuelles.

D’un autre côté les ateliers visaient à offrir des dispositifs de travail. En petits groupes, les participants devaient y devenir actifs, se mettre en position d’analyse critique de projets et de cas d’étude. Le support de la table et des nappes en papier avec une série de questions et de thématiques était un moyen d’amorcer la réflexion mais aussi d’obliger les participants à formuler leurs idées et à les mettre par écrit. Parfois cela a pu être difficile. Qu’on soit chercheur, praticien ou technicien en collectivités, nous ne sommes pas tous habitués à prendre la parole, à plancher en petits groupes sur un projet pendant presque deux heures, sans que cela ait forcément un objectif précis autre que celui d’en débattre.

DSC_0163

Un des atelier de la matinée du 6 juin 2014 (Objets), au QG de Panoramas à Lormont Bois FleuriIMG_0893

Chaque journée a été un peu différente concernant les ateliers. Lors de la première matinée les tables-rondes ont portées sur des projets qui n’étaient connus de quasiment personne, et les matériaux étaient uniquement quelques pages résumant la démarche ; le reste du temps, les expériences ont été présentées par des personnes ayant mené la démarche, puis s’ensuivait un débat, auquel parfois la personne concernée participait un peu, ce qui a pu changer les modalités de discussion en même temps que cela fournissait davantage d’éléments et d’informations sur les projets. Enfin, la dernière journée il n’y a pas eu d’ateliers mais seulement des interventions suivies de débats, et la journée s’est par contre terminée par une visite collective au Jardin de Ta soeur.

De manière générale, la démarche du séminaire était aussi d’expérimenter des formats, démarche qui reste encore à expérimenter et continuer.

Le fait que les groupes n’aient pas à produire de compte-rendu ou de résumé de leur travail a été jugé comme bénéfique. Certains participants, notamment lors de la première journée, nous ont dit avoir apprécier le fait, en tant que groupe de travail et de débat, de ne pas avoir été obligé de se mettre d’accord, d’aboutir à un consensus ou de porter une parole commune. Les nappes en papier étaient en effet là plus pour garder trace des débats que pour communiquer un résultat.

De même, les participants ont également apprécié le premier jour qu’il n’y ait pas eu de tour de table pour se présenter. Ce qui était un oubli a finalement été vécu comme une qualité. La légéreté de ne pas savoir qui était qui a selon les participants permis des échanges plus neutres, a gommé certaines barrières disciplinaires ou hiérarchiques.

Même si on se dit toujours qu’ « il faudrait plus de temps », le rythme du séminaire, qui s’est déroulé sur 3 jours dans des temporalités assez rapprochées mais pas trop non plus (juin, juillet, octobre), a permis de prendre du temps, mais surtout de retrouver, au fil des trois journées, les mêmes personnes, parfois les mêmes questions. D’y revenir, un ou plusieurs mois après, d’en reparler, avec de nouvelles idées, de nouveaux exemples, et des éclairages qui s’enrichissaient au fil des séminaires, des interventions, des tables-rondes et des débats.

Enfin, ce sont aussi tous les moments d’informalité et de convivialité, pensés comme partie prenante du séminaire, qui ont participé à construire un véritable climat d’échange.

  • Croiser les savoirs, les disciplines et les regards, constituer un réseau d’acteurs du paysage

Chaque séminaire réuni entre 25 et 30 personnes venues d’horizons divers. Certaines ont suivi le cycle dans son ensemble, d’autres sont venus au gré de leurs intérêts et de leurs disponibilités : 60 personnes ont participé. Des techniciens des collectivités territoriales, des praticiens de l’espace et du territoire (paysagistes, architectes, plasticiens ou urbanistes) et des chercheurs ont ainsi partagé leurs points de vue. L’objectif étant de constituer un réseau de réflexion à l’échelle de l’agglomération bordelaise et plus largement d’un grand Sud-Ouest. Le rôle et le devenir de ce réseau reste ouvert et à construire.

Répartition des participants

Répartition des participants

  • Les lieux du séminaire

Un des choix du séminaire a été de prendre place dans des lieux choisis. Ces lieux étaient en lien autant que possible en lien avec la problématique de la journée (objets, savoirs ou lieux). De plus, il s’agissait de s’inscrire dans la métropole bordelaise, en emmenant les participants et les débats dans des lieux importants en même temps qu’atypiques, alors même que ça aurait pu se passer dans une salle à l’ENSAPBX, Dans la même dynamique d’inscription dans un territoire précis, les repas ont chaque jour été concoctés par des associations ou des structures impliquées localement. Le repas de la première journée a été pris en charge par l’association « Agir autrement », celui de la deuxième journée par Estelle Douady (Les 4 saisons d’Estelle), et celui de la troisième journée par l’association qui gère le Garage Moderne.

repas à Cap Sciences par Estelle Douady

repas à Cap Sciences par Estelle Douady

Repas à Lormont par « Agir autrement »

Repas à Lormont par « Agir autrement »

Repas à Lormont par « Agir autrement »

 

Rémi Bercovitz, Margaux Vigne et Stéphane Duprat

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *