Questions transversales

Plusieurs points de questionnement ou de débat sont revenus très régulièrement au cours du séminaire, à la fois dans les interventions, les projets étudiés et les débats en groupes. Ces multiples questions peuvent être synthétisées à travers quelques thématiques transversales.

  • Temporalités

Quand advient la médiation ? Combien de temps dure-t’elle ? Comment interagit-t’elle avec les autres phases des projets ? La question des temps et temporalités de la médiation a été au coeur de nombreux échanges.

Pour certains la médiation n’a de sens que dans le cadre d’un projet, d’une transformation, d’un aménagement. Pour d’autres elle peut être un processus plus permanent, de mise en lien des acteurs et des paysages. Même dans le rapport au projet, les différents participants n’avaient pas le même point de vue sur les phases dans lesquelles ces démarches doivent s’inscrire. La médiation est-elle une phase donnée dans un projet ? Ou peut-elle, doit-elle advenir à toutes les étapes d’un projet ? Si elle correspond à une phase précise est-ce toujours en amont d’un projet ? À quel stade de définition, de questionnement, de décision ?

Les rapports entre démarches de médiation et « projet » semblent donc être un des noeuds principaux de débat. Comme l’ont fait remarqué les participants, « on ne sait pas toujours ce qui est mis en jeu, en partage, en débat ». Certains ont défendu qu’on pouvait avoir une vision « positive » de cela : le fait de ne pas toujours mettre les projets sur le devant de la scène et au coeur des discussions pourrait permettre d’avoir des échanges qui seraient moins déterminés uniquement par des « réactions » vis-à-vis des projets, ou qui seraient moins polarisés entre les « pour » et les « contre ». D’autres avaient une conception plus pessimiste de cela, considérant que de nombreuses démarches de médiation laissent trop espérer aux habitants, mentant par omission sur leur rôle et impact possibles sur des transformations en cours, voire servant parfois ensuite d’alibi et de faire-valoir aux pouvoirs publics.

Quel rôle peut avoir la médiation dans des projets qui semblent souvent déjà déterminés ? Qui décide qu’il faut mobiliser les habitants et au sujet de quoi ? D’où vient l’intention de la médiation ?

Dans de nombreux cas d’études, les participants ont témoigné du fait que la commande politique détermine beaucoup. En même temps, tous ont admis que c’est aussi celle-ci qui relie l’expérience au terrain ; que ce sont les possibilités d’articulation avec la capacité politique qui peuvent permettre aux démarches d’avoir des suites, d’être portées et soutenues.

De manière plus large, on a vu que les expériences de médiation se construisent souvent dans des espaces hors-normes et/ou des temps exceptionnels. Cette valeur « d’exception » est aussi ce qui fait leur attrait, leur efficience peut-être. La médiation se déploie majoritairement dans une temporalité discontinue. Doit-elle et comment aller vers un processus plus continu ? Voire un processus de projet ? Si l’exception devient la règle, que se passe-t’il ?

  • Réseaux 

À de nombreuses reprises est revenue l’idée que la médiation avait pour objectif de construire des réseaux, relier les gens, mobiliser des groupes actifs et autonomes qui puissent poursuivre les dynamiques initiées dans un temps donné. La médiation aurait donc comme moyen et comme objectif la rencontre et l’échange.

Parfois, lorsque la médiation ne se confine pas à un temps donné, à une phase précise, elle vise à construire des réseaux actifs, qui puissent ensuite fonctionner de manière autonome. On a vu à travers le travail de Rémi Bercovitz à quel point il été important, au-delà de l’objet canonique du « paysage », de créer et animer des réseaux d’acteurs mobilisés autour d’une thématique, d’une dimension concrète du paysage, comme dans le cas de sa recherche autour de la rivière et la gestion des cours d’eau. On a vu à travers l’exemple des poirières comment le projet avait permis de mettre en lien les habitants et, via les savoirs et les pratiques liés aux poirières, de constituer un groupe d’habitants dont l’action continue aujourd’hui. On a vu à travers l’exemple de l’Atelier mobile des paysages et de l’Atlas pratique des paysages d’Auvergne comment l’idée était de créer un réseau des acteurs du paysage à l’échelle régionale. C’est ce qui a justifié que la démarche cartographique et descriptive s’augmente d’une dimension plus professionnelle, institutionnelle, administrative, mettant en lien habitants, agriculteurs, entreprises, gestionnaires, administrations, etc.

La médiation cherche dans ces cas-là à atteindre une dimension plus pérenne, plus continue. Élément déclencheur, effet de levier, catalyseur, … de tels projets de médiation paysagère ont vocation à enclencher une dynamique qu’on imagine perdurer. Tout le travail et toutes les difficultés résident alors dans le passage de relais, et la réussite d’une démarche dans la capacité des paysagistes à partager leur travail, à donner les moyens, les outils et l’envie aux acteurs de s’approprier les multiples dimensions des paysages da manière active, à devenir plus acteurs que spectateurs.

Cependant, de nombreuses expériences de médiation paysagère restent concentrées et déterminées dans des temps précis et finis. Comme on l’a évoqué précédemment, elles construisent souvent dans ces cas-là des expériences atypiques et des moments exceptionnels. Un peu hors du temps et du « normal », ces expériences ont un rôle plus ambigu. Parfois, un coup de fouet d’une intensité extraordinaire peut participer à déclencher une dynamique pérenne. D’autres fois, ces espaces-temps ne réussissent pas à interagir avec le quotidien et fabriquent des sortes de bulles presque autonomes, dont le danger peut être de faire rêver les participants à des transformations qui n’adviendront pas, ou encore de mettre en exergue, par contraste, des situations habituelles parfois moins réjouissantes. Dans ces projets, la phase de retranscription des expériences est très importante, devenant parfois le seul moyen d’entretenir et de ne pas oublier « ce qu’il s’est passé ».

  • Expériences et récits 

Comment restituer des « expériences » ? Cette question, sous diverses formes, a été un véritable refrain au fil des trois journées du séminaire.

L’intervention d’Alexis Pernet a notamment beaucoup questionné l’enjeu de la visibilité des processus de médiation et des politiques publiques de grand paysage. La première image qu’il avait montrée avait été comprise par les participants comme représentant « un agriculteur debout au milieu de son champ ». L’anecdote était justement qu’il s’agissait de tout autre chose : « L’agriculteur au milieu de son champ c’est pas un agriculteur, c’est un agent de développement local. Et il n’est pas au milieu de son champ mais sur un ancien timbre poste planté de douglas. C’est une parcelle qui a été nettoyée et va être remise en culture ou en pâture. Cet homme, c’est lui qui a fait l’intermédiaire entre le CG, le parc, le propriétaire, l’agriculteur, le forestier, … pour que cette transformation advienne. À côté de cette photo il faudrait montrer la pile de dossiers et la quantité de papier nécessaires à cela, à la remise en culture d’une petite parcelle. »

Selon Alexis Pernet on assiste depuis peu à l’émergence d’une nouvelle catégorie de professionnels qui ne sont pas paysagistes mais sont devenus très importants pour le paysage, en tout cas en milieu rural. Font-ils un travail de médiation ?

« Aujourd’hui on produit des transformations du paysage qui passent par énormément de filtres administratifs. » Les politiques publiques de paysage, et en particulier de grand paysage, sont très peu « visibles », de même que le travail administratif sur le territoire en général. Le paysage se transforme souvent au fil d’une multiplicité de petites interventions, ponctuelles et dispersées dans le temps et l’espace. Les gens n’ont pas conscience de la globalité et perdent le souvenir de ces processus. De même que la plupart des démarches de médiation qu’on a pu citer dans ce séminaire, ces actions semblent difficile à valoriser. Sans visibilité, ces démarches sont-elles vouées à une sorte d’inexistence ? D’échec ?

D’un autre côté, les projets de médiation concourent souvent à construire des sortes de communautés soudées par l’expérience collective partagée. Comment continuer et prolonger l’expérience ? Comment continuer à faire vivre les réseaux mobilisés et actifs ?

« On a besoin d’images qui montrent la qualité de ces temps relationnels ».

La retranscription des « expériences » de médiation passe souvent par le récit. « Retracer la médiation on y arrive et on y arrive tellement bien que ça peut devenir complaisant. » Il semble en effet que le récit ne doit pas devenir une boucle qui se tarit sur elle-même, et qu’il est pour cela nécessaire de retisser du lien entre ces démarches et des matières autres, plus politiques, plus institutionnelles.

Sur ce sujet, les débats ont aussi été riches : dans la médiation le processus est-il plus important que le résultat ? Lors des nombreux échanges concernant les « documents » ou les « objets » produits par des démarches de médiation, la question de l’importance relative de ces objets et du processus en lui-même a souvent été posée. La notion même de « résultat » a été discutée. Selon certains participants l’idée même de quelque chose qui « ne sert à rien » doit être repensée, tandis que d’autres ont rétorqué qu’il « faut pourtant bien pouvoir évaluer ! ». La médiation doit-elle forcément produire quelque chose ? Que produit-elle, par quels moyens et comment cela est-il utilisé ?

  • Résultats 

Les démarches de médiation ont une dimension assez importante de collecte, de recueil des savoirs, des connaissances, des impressions, du vécu. Cela produit souvent beaucoup de données, de contenus, qu’il n’est pas toujours évident de traiter. « Souvent ça produit trop ! » ou en tout cas on aboutit à « des documents très riches qu’on se sait pas toujours comment utiliser ». On a vu au sujet de la cartographie que le travail de tri, d’analyse et de synthèse était essentiel, de même que celui de traduction. « Il faut accepter qu’un projet c’est une pluralité de visions. » Mais, en même temps, « que faire de la diversité des points de vue ? ». La médiation doit-elle mettre les gens d’accord et aboutir à un consensus collectif ? Ou être capable de rendre compte de la pluralité, parfois conflictuelle, des visions et des discours ?

Certains ont évoqué le fait que de nombreux projets de médiation produisent des « données inutilisables ». Cela met aussi en avant l’enjeu de la plus ou moins grande représentativité de ces démarches : « aboutir à une idée subjective d’une situation, ça ne sert à rien ». Le rapport du qualitatif au quantitatif se pose donc également, comme on a pu le voir au cours de la deuxième journée à propos des convergences et divergences entre savoirs scientifiques et savoirs vernaculaires. Comment mettre en relation les données et les connaissances produites par la médiation avec le monde opérationnel ? Avec les processus de projet ? Avec le monde scientifique ?

En plus des capacités de mobilisation et de médiation proprement dites (construire les conditions de la médiation, gérer un débat, etc), il semble donc nécessaire de développer des pratiques de traitement et de valorisation de ces données et productions. Pour que la médiation paysagère puisse faire évoluer les représentations du paysage, mais aussi les projets de paysage, les politiques publiques ou encore l’enseignement, il est essentiel de développer des méthodologies transversales, des pratiques qui fassent office de passerelle entre des mondes divers.

  • Et le paysage ?

« On a pas tant parlé de paysage ! » La question de la place du paysage dans ces démarches a souvent été posée au fil du séminaire. L’objectif est-il de faire de la médiation ? Ou l’objectif reste-t’il in fine le paysage ? « La médiation pour qui ? Pour quoi ? Pour elle-même ? Pour le paysage ? Ou le paysage pour la médiation ? »

Si le paysage est un de manière évidente un bon outil pour la médiation pour plusieurs raisons (sa matérialité, le fait qu’il soit à portée de tous et qu’il relève des savoirs de l’expérience), que devient le paysage proprement dit dans ces démarches ?

Selon Serge Briffaud, responsable scientifique du Cepage, on est aujourd’hui « empêtrés » dans le paysage comme catégorie d’action à cause d’un héritage lourd. Les démarches de médiation paysagère remettent en cause une conception élitiste du paysage qui est héritée de sa dimension artistique mais aussi, plus récemment, de sa dimension savante et scientifique. Pour ne pas se croire « sans histoire », il est peut-être nécessaire de chercher d’autres généalogies, de comprendre l’histoire de démarches similaires, même si elles ne relèvent pas toujours uniquement du champ du paysage : durant le séminaire ont par exemple été mentionnés Lawrence Halprin, l’advocacy planning ou encore le pragmatisme américain, mais on pourrait également renvoyer vers les expériences de certains architectes dans les années 1960 et 1970 comme par exemple Lucien Kroll.

Selon Serge Briffaud, la définition du paysage que propose et que met en oeuvre la médiation paysagère a aussi ses travers et ses dangers, principalement la réduction de celui-ci à un contexte ou un prétexte d’échange et de rencontre. Pour que le paysage puisse être cet outil de médiation que l’on recherche, il lui semblerait qu’il faille d’abord le construire comme objet visible, comme « objet à la croisée des regards ». Sinon, on risque, comme c’est déjà parfois le cas dans ces projets et ces pratiques, d’observer un phénomène d’« effleurement » d’un paysage qui n’a aucune durabilité comme objet culturel.

« Mais qu’est ce qui est proposé à la place à part la création d’un contexte de rencontre ? »

Ces interrogations émises par Serge Briffaud lors de la dernière journée du séminaire ont beaucoup questionné les participants et les intervenants. Il a évoqué l’idée, ou en tout cas un questionnement sur le fait que la médiation paysagère lui apparaissait parfois comme une résurrection du rapport classique au paysage. Dans la peinture néoclassique, on représentait ainsi la scène sociale au premier plan et le paysage à l’arrière plan, le paysage étant plus un récit à raconter qu’un tableau à regarder. Dans de nombreux projets de médiation, on observe cette mise en récit de l’événement social où le paysage n’est parfois qu’un « fond » pour l’action. Ces démarches laissent de côté le paysage comme « description ». C’est l’événement social qui constitue le « lieu ».

« Mais que devient le paysage en dehors de l’événement social ? »

« Quelle réalité substantielle a-t’il encore ? »

Entre le paysage « en tant que tel » et le paysage comme outil de médiation, une troisième voie serait selon Serge Briffaud celle des scénarios paysagers, dont on a pu avoir un aperçu à travers la présentation du travail de Rémi Bercovitz. Il s’agit alors d’éclairer le paysage à travers un phénomène précis, un angle de vision, pour faire émerger une réalité perceptible et concrète, une coupe dans le paysage plus qu’une illusion de définition « globale ».

Ont aussi eu lieu dans la même veine des débats sur l’impact physique de ces démarches. Comment les projets de médiation paysagère transforment-ils le paysage ? Au-delà de la médiation, que devient le paysage ? Que devient l’espace ? Comment le paysage change ? De manière plus générale, les questionnements sur l’importance respective de la médiation et du paysage ont été récurrents, ainsi que sur la manière dont ces démarches font évoluer la définition, la perception et la pratique même du « paysage », à la fois comme catégorie d’action, représentation sensible et objet scientifique

Margaux Vigne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *